Ce site utilise des cookies afin de rendre votre navigation plus agréable. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez leur utilisation.

Les Formations

Les différentes formations organisées par le CEP.

Outils développés

Les derniers outils développés par le CEP.

Éducation thérapeutique du patient et empowerment

Un rapide survol de l'éducation du patient et de l'empowerment du patient.

L'éducation du patient est indispensable à côté des autres types d'approches par rapport à la maladie et à la santé : elle a fait ses preuves.

Les études évaluatives de l'éducation du patient montrent ce que l'on peut attendre :

  • Pour le patient :
    • une meilleure prise en charge
    • une plus grande autonomie (gestion de sa vie avec la maladie)
    • une diminution de la souffrance et de l'anxiété
    • une amélioration des fonctions physiologiques
    • une meilleure acceptation de la vie avec la maladie.
  • Pour la qualité des soins :
    • une réduction des complications et des incidents post-opératoires ou post-hospitalisation
    • une diminution de la durée de la convalescence, des réhospitalisations, de la consommation de calmants et antidouleurs
    • ...
  • Sur le plan socio-économique :
    • une réduction du nombre d'hospitalisations, de la durée du séjour, de la morbidité et de la mortalité
    • une diminution de l'absentéisme scolaire et professionnel
    • ...

Des résultats positifs sont donc attendus au niveau des patients, de l'efficacité des soins et de la rentabilité socio-économique.

Si elle a fait ses preuves, elle a aussi montré ses limites : l'approche doit respecter des critères de pertinence, de validité scientifique, de communication, de relation, d'éducation, de méthodologie, de stratégie, de partenariat, d'implémentation, d'éthique.

Quelques exemples :

  • L'étude de FIREMAN et al. ( « Teaching self management skills to asthmatic children and their parents in an ambulatory care setting », Pediatrics , 63, 1981 ) montre une diminution de moitié du coût médical, une prévention de 75 % des crises et une diminution de 80 % des visites en urgence et hospitalisations chez des patients asthmatiques par des actions éducatives.
  • DECCACHE A. et LAVENDOMME E. ( dans « Information et éducation du patient, des fondements aux méthodes », De Boeck Université, Bruxelles, 1989 ) font, à partir de 5 revues de littérature, une description sélective des résultats de 50 expériences d'évaluation de l'éducation du patient. Des résultats positifs sont observés à 3 niveaux : celui des patients, celui de l'efficacité des soins et celui de la rentabilité socio-économique. Certaines recherches mettent en évidence d'importants effets positifs de l'éducation du patient sur les taux de morbidité et de mortalité. Les auteurs concluent en disant que le problème le plus important n'est plus de chercher si l'éducation du patient peut être utile ou efficace, mais de déterminer les types, stratégies et méthodes d'éducation les plus aptes à répondre aux besoins identifiés et aux objectifs définis.
  • En 1991, le BEP publiait un article montrant que l'information sur les examens médicaux permet de réduire l'anxiété avant et pendant l'examen, améliore la collaboration du patient, améliore la qualité de la relation soignant - soigné et la satisfaction du patient ( DECCACHE A. et CEUSTERS H.P., « L'information sur les examens médicaux : expériences, pratiques, modèles », Bulletin d’Éducation du Patient, Juin 1991, pp. 35-39 ).
  • HATOUM H.T. et AKHRAS K. ont réalisé une revue de littérature ( The Annals of Pharmacotherapy, Vol 27 Sept. 1993, pp. 1106- 1119 ) portant sur la pratique des pharmaciens dans les officines. La revue portait sur tous les articles publiés dans MEDLINE entre 1960 et 1992 sur base d'une sélection de mots-clés, soit 770 publications scientifiques couvrant une période de 32 ans dont 104 articles de recherche.
    Sur les 104 études, 47 montrent un impact positif et 20 un impact négatif ; 37 études ne permettent pas de conclure à l'un ou l'autre. Mais les tests statistiques montrent que les interventions avec un protocole bien établi ont de manière significative plus d'impact positif que les autres (Chi Square = 7.2, P=0.007).
  • WARSI A. et al. ont également réalisé une revue de la littérature concernant les programmes d'éducation du patient malade chronique ( Archives of Internal Medicine 2004 Aug 9-23 ; 164 (15) pp. 1641-1649 ). La revue portait sur les bases de données MEDLINE et HealthSTAR de 1964 à 1999 et le renvoi à d'autres publications. Les études retenues sont celles comportant un groupe témoin et une évaluation clinique. 71 études correspondaient aux critères. Les patients diabétiques impliqués dans ces programmes montrent une amélioration de l'hémoglobine glycosylée et de la pression artérielle systolique; les patients asthmatiques ont moins de crises ( ces résultats étant statistiquement significatifs ) ; les patients arthritiques montrent également des résultats positifs mais faibles et non significatifs.
  • GODDING V. ( Minerva, janvier 2005 Vol 4 N°1 ) analyse l'impact des programmes d'éducation pour enfants et adolescents asthmatiques à travers une étude de la littérature. L'auteur retient comme bases de données la Cochrane Airways Group, PsychINFO, ainsi que les références citées dans les études analysées. Elle retient les études contrôlées randomisées ou les essais cliniques contrôlés publiés, comportant une évaluation d'évolution de l'asthme. Parmi les effets positifs, on relève : une amélioration des paramètres fonctionnels respiratoires et une diminution de l'absentéisme scolaire, du nombre de nuits perturbées par l'asthme, de jours d'activité restreinte, d'admissions en urgence. L'auteur conclut à l'efficacité des programmes d'éducation sur le plan de la fonction respiratoire, de la perception d'un meilleur auto-contrôle, sur le plan social et celui de la consommation de soins de santé.